Que celui qui n’a jamais eu le cœur brisé jette la première pierre !

Qui n’a jamais connu cette douloureuse expérience de la rupture amoureuse ? Celle qui brise notre cœur en mille morceaux, celle qui fait s’effondrer notre monde, celle qui laisse place à un océan de larmes. Dans Le silence des étoiles, Sanäa K. parle de ce moment difficile et de la possible reconstruction car il ne faut jamais oublier qu’après la pluie, il y a toujours le beau temps.

Résumé : Le silence des étoiles nous plonge dans le quotidien d’une jeune femme, carrière, peine de cœur, amitié, indépendance. Comment avancer lorsque l’on se perd en chemin.

Mon avis : Sanäa K. a la triple casquette d’être à la fois illustratrice, auteure et blogueuse. Depuis presque dix ans, elle partage un petit bout d’elle sur son blog avec toujours une pointe d’humour et de féminité. Dans Le silence des étoiles, son premier roman graphique, elle évoque, à cœur ouvert, son premier chagrin d’amour.

Sanäa a des étoiles plein les yeux et le cœur rempli de guimauve. Elle et Ismaël sont amoureux et projettent d’officialiser leur relation auprès de leurs familles respectives. Mais, du jour au lendemain, Ismaël disparait sans laisser de nouvelles. Une rupture brutale, silencieuse et lâche. Sanäa est anéantie et son cœur est en miettes. Mais comment faire le deuil d’une relation sans aucune explication ?

En prenant le rôle de l’héroïne principale, c’est une bande dessinée intimiste que nous propose Sanaä K. Un pari osé et courageux qui retrace toutes les étapes de sa dernière relation amoureuse de la phase de « lune de miel » à l’incertitude, de la profonde déprime à l’espoir d’une reconstruction. Il est très facile de s’identifier à l’héroïne dont le quotidien est rythmé par les préoccupations des jeunes femmes actuelles : recherche d’emploi, première installation, vie sociale. Le silence des étoiles est aussi une belle histoire d’amitié entre Sanäa et ses deux meilleures amies Cee et Max qui la soutiennent avec sincérité dans ce moment douloureux.

Mais c’est le terme de GHOSTING qui a tout particulièrement retenu mon attention. Le « ghosting » est une séparation silencieuse sans signes annonciateurs. Ici, Ismaël disparait et arrête de répondre aux messages et appels de Sanäa. Il est alors très difficile pour l’autre de se reconstruire car la culpabilisation est forte et la remise en question incessante. C’est ce qui arrive à la jeune femme qui niée au plus profond d’elle-même vit dans le passé d’une relation (in)achevée.

« J’attendais avec impatience le moment où en me levant, ma première pensée ne lui serait plus destinée ».

Enfin, l’authenticité de l’histoire ne serait rien sans les illustrations modernes, extrêmement féminines et travaillées. Sanäa K. a le souci du détail et on apprend à la connaitre en examinant attentivement les cases de la bande dessinée. Aussi, les visages très expressifs des personnages permettent de donner une pointe d’humour et de légèreté aux moments embarrassants vécus par l’héroïne.

Un joli roman graphique que je vous recommande car il est important ne jamais oublier une chose s’aimer soi-même avant tout.

En bref : Le silence des étoiles parle avec bienveillance de la première rupture amoureuse et de ses conséquences dévastatrices.

A lire si : vous avez déjà eu le cœur brisé et vous avez envie de découvrir une bande dessinée très girly.

Cet ouvrage me fait penser à : « Trop beau », Lomepal + « Une Drôle de vie », Géraldine Nakache – Leïla Bekhti (version originale Véronique Sanson).

Ma note : 16/20