Etudiante, j’étais une inconditionnelle du polar. Les années ont passé et j’ai délaissé le genre. Mais il y a ces auteurs, ces virtuoses de l’intrigue bien ficelée dont on ne se lasse pas. Michel Bussi en fait partie. Avec Rien ne t’efface, l’auteur nous offre à nouveau un magnifique « plot twist ». Le fameux retournement de situation final qui en fait sa marque de fabrique. Celui qui nous retourne le cerveau. On adore et on en redemande.

Résumé : 2010. Maddi est médecin généraliste à Saint-Jean-de-Luz, une vie comblée avec Esteban, son fils de 10 ans. Ce jour d’été là, elle le laisse quelques minutes seul sur la plage. Quand elle revient, Esteban a disparu. 2020. Maddi a refait sa vie, et revient sur cette plage en pèlerinage. Au bord de l’eau, un enfant est là. Même maillot de bain, même taille, même corpulence, même coupe de cheveux. Elle s’approche. Le temps se fige. C’est Esteban, ou son jumeau parfait. Maddi n’a plus qu’une obsession, savoir qui est cet enfant. Il s’appelle Tom, il vit à Murol en Auvergne. Elle prend la décision de s’y installer. Plus Maddi espionne Tom, et plus les ressemblances avec Esteban paraissent inexplicables : mêmes passions, mêmes peurs… même tache de naissance. Jusqu’où sera-t-elle prête à aller pour découvrir la vérité, et sauver son enfant ? Ou ce garçon qui lui ressemble tant. Ce qu’elle ressent profondément, c’est que Tom est en danger. Et qu’elle seule peut le protéger.

Mon avis : Après nous avoir fait traverser la planète avec Au soleil redouté (février 2020, éd. Presses de la cité), Michel Bussi  dans son dernier roman revient à sa terre de coeur : l’Auvergne.

Maddi en est persuadée, son fils, disparu il y a dix ans, ne s’est pas noyé. Il a été enlevé. Alors quand par une étrange coïncidence, elle croise le chemin de Tom qui ressemble de manière troublante à celui-ci, elle décide de tout quitter. Guidée par une intime conviction que tout ne lui a pas été révélée, Maddi part mener sa quête dans le pays du Sancy. Entre croyances et phénomènes surnaturels, son instinct de mère lui permettra-t-il enfin de trouver les réponses à ses questions : Qui est Tom et qu’est devenu Esteban ?

Quelle part d’explications surnaturelles sommes-nous prêts à donner à l’inexplicable ?  

L’auteur, grâce à la prose fluide qui le caractérise, nous emporte dans un univers rural montagneux et ce sans jamais nous ennuyer. La description précise et juste qu’il en fait, nous fait apprécier toute l’atmosphère qui caractérise ces petits villages et la vie de leurs habitants. Des habitants qui, sous leur apparence banale et attachante cachent une profonde complexité.

Entre passé et présent, surnaturel et réalité, nous sommes pris entre deux compréhensions du monde. Sans jamais nous donner toutes les clés, Michel Bussi nous maintient en lévitation aux côtés de Maddi dans sa quête de vérité.

J’ai adoré le côté sombre et énigmatique qu’a pris le récit au fur et à mesure. Comme un jeu de poupées russes, les histoires de chaque personnage s’imbriquent les unes dans les autres pour donner, au final une chute éclatante et inattendue.

Rien ne t’efface est un thriller psychologique qui nous « emmène au bord du précipice, nous lâche, puis nous rattrape au dernier moment… ». Bussi nous fait retenir notre souffle jusqu’à l’expiration finale. J’ai adoré être aux aguets et j’attends avec impatience de danser une nouveau « twist » avec lui.

En bref : Michel Bussi réussit, à nouveau, un brillant tour de passe-passe qui nous mène sur les traces du mystique sans jamais nous faire perdre le sens des réalités.

A lire si : vous avez envie de creuser vos méninges, si vous avez l’âme d’un Sherlock Holmes du terroir et si vous aimez être surpris.

Cet ouvrage me fait penser à : « Hijo de la luna », Mecano (pour son petit côté mystique).

 

Ma note : 17/20